Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 12:31

Environ 4h de vol à bord d’Air Asia, voici l’aéroport de Kolkatta (« Calcutta » avant 2001) et le moment fatidique. Inde ou Népal ??? On avait dans l’idée de rester dans la zone transit sans utiliser notre unique entrée de visa pour l’Inde et prendre un vol direct pour le Népal puis revenir en Inde par la suite. Bin le suspens fut de courte durée étant donné que la 1ère barrière à passer fut :

L’immigration , aucune zone de transit.


Bollywood, here we come !


Kolkatta, the Mère-Théresa hometown. Ville surpeuplée, sur-pauvre, sur-polluée, sur-crado-isée, sur-bousculée, sur-klaxonisée, sur-curry-isée, sur-45 degrés, sur-j’attends-pas-que-tu-passes-pour-cracher-par-terre, bref, c’est l’image type de l’Inde des superlatifs, comment dire cela… euh, pas très relaxante…

 

02 - Mère Théresa

Heureusement pour nous, on a logé dans un havre de paix, le Boddhi Tree, un ptit coin de paradis, pour une fortune tout de même (45chf) qui nous a permit de digérer tous nos currys et klaxons ingurgités durant la journée. L’auberge était gardée par Mme Cruella-Rashmina (nom d’emprunt). Elle avait ce regard globuleux-indien très marqué qui te donnait pas envie d’avoir affaire à elle. D’ailleurs, avec Hervé on se concertait avant de rentrer en fin de journée pour ne pas s’embrouiller lors de l’interrogatoire du « So what deed you visit todé ? ». Sinon, le staff était très aidant,  parfois trop … à en devenir étouffant ! On a pu constater au long de notre séjour  que le symptôme du « j’toc 10 fois à ta porte pour voir si tout va bien » est coutume dans l’hospitalité indienne.

 

03

Dans  les rues de la ville, il arrive de croiser des tuk-tuk à traction humaine… C’est effectivement l’un des seuls endroits au monde ou l’on trouve encore de tels taxis. Charrette de charrette, c’est pas humain ca ! De part les critiques internationales qui fusaient autour de cette pratique, le gouvernement a voulu prendre une mesure permettant d’aider ces travailleurs d’un autre temps en monnayant qqs roupies contre leur charrette. Tous n’ont pas accepté, n’ayant pas d’autre moyen pour gagner leur « Pain-naan » quotidien.  On n’a pas eu le courage d’essayer !


Très bon point : la bouffe. Depuis le temps qu’on rêvait de tandoori accompagnée de naan et de délicieux papadum légèrement trempé dans un délicieux curry tikka Masala. Slurrrp, on s’est r-é-g-a-l-é ! Pour moins d’1chf tu trouves tu te remplis la panse avec d’excellents plats, attention toutefois aux crampes d’estomac !

 

40 - Le traditionnel Thali, mets pas cher, très bon


Après qques jours passé chez Mom Therese, on a embarqué dans un train de nuit (10h) direction Varanasi. Ville sacrée de l’univers hindou où des milliers de pèlerins affluent chaque jour autour du Gange.  Ils s’y lavent et boivent son eau sacrée pollué putréfiante et pestiférante. Quant à nous, on y a même pas trempé une basket, beurk ! Au bord des ghats (quais) du Gange, s’anime chaque jour et dès l’aube un  spectacle multicolore d’un autre temps.

 

19

Les indiens viennent également brûler leurs morts à même les ghats. Il existe différents niveaux de crémation. Plus tu es riche, plus tu peux te permettre du bois high-tech qui te brulera  jusqu’au dernier orteil dans une belle cendre aux odeurs d’huile de jojoba. Les plus pauvres, eux, se contentent des fours électriques. En général tout le monde casse la tirelire pour se faire brûler traditionnellement dehors, aux feux de bois. C’est meilleur, comme pour les pizz’ ! Miam…


L’attraction touristique principale de la ville est une ballade à l’aube en bateau le long du Gange. Une expérience bien particulière pour s’immiscer dans la toilette quotidienne des Indiens. Hervé un peu de mauvais pied, remballait tous les rabatteurs du coin « j’ai pas besoin de toi, j’irai pas avec toi, n’insistes pas, blablabla… »  On a finalement embarqué avec un tit vieux qui nous a suivi du long et qui a dû subir les foudres du matin de Monsieur. MDR…

37

En Inde, on retrouve un tourisme de masse d’Hippies. Mal coiffés, vêtu d’un pantalon-j’ai-chié-dedans-pendant-3-jours, ils marchent tous fièrement pieds nus dans les beuzes qui jonchent les routes goudronnées pour se sentir proche de la nature… ben si vous le dites ma bonne dame !! Y en a même qui ont des rastas, oh pouiii (dixit Hervé) !! Le plus important pour eux c’est de ne pas s’adresser aux autres touristes car eux voyagent différemment hors des sentiers battus et pieds nus surtout ! PEACE & LOVE !


Varanasi, possède aussi l’attrait de t’offrir à bon prix une chiasse inimaginable qui se compte en jours. Qui peut prétendre avoir visité l’Inde sans avoir passé la moitié de son séjour les fesses entre une cuvette !? Ca c’est fait !!

 

53 - Trankkouiaille

Dans notre hôtel, « Baba », des Coréens dormaient dans une sorte de dortoir ouvert sous le toit. Ils avaient optés pour l’option la moins cher, du jamais vu, 5 Roupies pour un lit (0.10cts !!). Mais attention aux températures, elles frôlaient les 48 degrés sous la toiture métallique, un enfer pour nous ‘tits Suisses. Le réceptionniste trouvait aussi cela étonnant et nous a dit que même pour gratos aucun indiens accepteraient de dormir dans de tels conditions, ah ils sont fort ces niakouais !!

 

La règle de base en Inde : Tout animal est sacré. On ne chasse pas, on ne les blesse pas, on ne les tue pas. C’est aussi valable pour ces satanés moustiques qui m’ont dévoré la moitié d’une cuisse, Grhhrrr !! Cela peut même être punissable par la loi si par exemple t’as une embrouille avec une vache ! C’est flippant les face à faces dans les ‘tites ruelles, elles se tiennent juste devant toi broutant du plastique de chips et tu dois passer les fesses serrées juste à côté. Ouille-ouille. Dans un sens heureusement qu’on ne les mange pas ici, car on se serait vite transformé en emballage Zweifeln, aaah… l’ami Zweifeln quant on y pense, il nous manque !

 

24

Une fois notre estomac remis sur pied, on a quitté ses lieux ensorcelants pour gagner à 10h de là, le fameux Taj Mahal à Agra.

 

67 - Photo obligatoire à la japs

 

Dans le train, on a papoté avec une coréenne-américaine qui flippait de voyager seule en Inde. On a rencontré pas mal de filles voyageant seules et toutes ne sentaient pas en sécurité. A moins d’aimer se faire harceler et peloter, je n’irais jamais seule en Inde. On a eu des échos de drôles d’histoires qui font assez peur ! Faut dire que les indiens ont une image particulière des européennes. Il suffit de voir les paquets de préservatifs non censurés avec comme image des belles blondes plantureuses en tenu d’Eve ne mangeant pas que des pommes…. euhm euhm je m’ égare …


Un autre contraste assez marrant est celui des travelos habillés en Sari (habit traditionnel indien) dans le train. En effet, l’homosexualité est punissable et c’est marrant de les voir débarquer dans le train claquant des mains et s’agenouillant sur les genoux du premier venu. On a appris qu’en fait ils/elles avaient un pouvoir sur la fertilité et qu’ils/elles monnayaient des incantations contre qques roupies. Hervé a vite mis son sac à dos sur ses genoux ! lol…

 

14

L’Inde est très pauvre et il y a encore un long chemin à faire pour que tous atteignent un niveau de vie décent. Selon nous, la première mesure à prendre pour faire avancer le pays vers un monde moderne serait de 1) Raser cette satanée moustache à tous les gars et de 2) Leur supprimer leurs pantalons patte-d’Ef!! Eh les mecs, attention aux fautes de style qd même! Rhooo, c’est sympa dans les films de Bollywood mais pas dans la vie de tous les jours !!

 

30 - Gloup

Après une dernière escale à Busy-New Dehli, notre séjour en Inde s’est achevé plus vite que prévu sur une note mi-curry, mi-papadum. On avait prévu de rester 2 mois en Inde (que 17j en gros) mais les grosses chaleurs atteignant les 50 degrés, ont eu raison de notre patience et on s’est vite envolé pour un pays plus tempéré, moins agité, plus montagneux : le Népal 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

Où sommes-nous présentement ?

drapeau-suisse.jpg HOME

COMPTEUR VISITE

NOS PRECEDENTS VOYAGES

 

 

 

Pays

CARTES - ITINERAIRE

MUSIQUE